Menu déroulant

Mes dernières chroniques

http://fantasybooksaddict.blogspot.fr/2017/09/eternels-tome-2-alyson-noel.html

dimanche 15 septembre 2013

Rien ne vaut la douceur du foyer, Mary Higgins Clark


Présentation :

Titre : Rien ne vaut la douceur du foyer 

Auteur : Mary Higgins Clark

Editions : Albin Michel

Tome : /

Prix : 22€ (existe aussi en poche à 7,22€)

Date de sortie : mai 2005

Résumé : 

Elle s'était juré de ne jamais revoir la maison où sa mère était morte, où elle l'avait tuée. Bien sûr, elle n'était qu'une enfant, c'était un accident, mais pour beaucoup Liza Barton était une criminelle. Les années
ont passé. Liza, devenue Celia, connaît enfin le bonheur. Jusqu'au jour où Alex, son mari, à qui elle n'a jamais rien dit, lui fait une surprise en lui offrant une maison dans le New Jersey... Mendham, la maison de son enfance. En guise de bienvenue, ils trouvent cette inscription, en lettres rouge sang : " Danger ! " Quelqu'un connaît la véritable identité de Celia et tente de lui faire endosser un nouveau crime. Un suspense à la mécanique implacable dont Mary Higgins Clark a le secret.


Mon Avis :

    L'histoire à pour base une loi du New jersey qui oblige un agent immobilier à informer un acheteur intéressé par une propriété des faits tragiques ou mystérieux qui s'y sont déroulés, et pourraient causer des troubles psychologiques chez cet acquéreur. L'idée originale est jusque là prometteuse. 


     Célia Nolan alias Liza Barton revient sur les lieux de son enfance où elle a accidentellement tué sa mère. Et là, le cauchemar recommence. Que s'est-il réellement passé il y 25 ans ? Quelqu'un connait sa véritable identité, Liza n'a plus qu'une solution : découvrir la vérité sur son passé car de nouveaux meurtres sont perpétrés.
    On retrouve les personnages que MHC affectionne. En effet, Le personnage principal est Célia une jeune femme qui a bien réussie dans la vie en tant que décoratrice. Donc à ce niveau là pas de surprise, personnellement, cela ne me dérange en aucun cas. On s'attache à elle car elle est émotionnellement fragile du fait qu'elle culpabilise toujours d'avoir abattu sa mère et va même jusqu'à s'imaginer que c'est de sa faute et qu'elle a mal interprété les évènements de ce soir-là. Même remarié à un bel homme qui la comble, les fantômes du passé planent au dessus de sa tête et finissent par ressurgir lorsque celui-ci lui offre sans le savoir, la maison du drame de son enfance. Je trouve dommage que MHC ait toujours mis son héroïne en situation de faiblesses: évanouissement,état de choc, la pauvre a droit à tout. Sa change des héroïnes fortes qu'elle nous montre d'habitude. Heureusement qu'elle a son mari et son garçon pour la réconforter... Par contre, son mari, je l'ai trouvé un peu trop mièvre et sans caractère, même si je pense que c'était fait exprès (il est très bon comédien en réalité). Je me demande ce que Célia lui a trouvé hormis sa gentillesse... Moi, cela me déprimerait !
    Sinon, on retrouve tout les ingrédients habituels de notre reine du suspens. Même si ce n'est pas mon livre préféré, suspens et complots sont toujours au rendez-vous !  

Note : 7/10

1 commentaire:

  1. J'adore les livres de Mary Higgins Clark, et celui là n'échappe pas à la règle. Mais mon préféré (pour le moment) c'est Un cri dans la nuit

    RépondreSupprimer